l'état de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation- résumé

 
Chaque année, l'état de l'enseignement supérieur et de la recherche présente un état des lieux chiffré du système français, de ses évolutions, des moyens qu'il met en œuvre et de ses résultats. Une mise en perspective internationale est réalisée pour les indicateurs les plus structurants. L’ouvrage aborde une cinquantaine de thèmes déclinés sur une double page comportant une synthèse et plusieurs graphiques et tableaux illustratifs. L’essentiel des données est issu de sources exploitées par le service statistique ministériel en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (la sous-direction des systèmes d’information et des études statistiques, SIES). Ce document s’appuie aussi largement sur d’autres sources et contributions émanant du MESRI et du MENJ (DEPP, DGESIP, DGRI, DGRH notamment) ou d’autres organismes, en particulier de l'Insee, de l'OCDE, du Céreq, de l'OST du Hcéres, d’Erasmus+ et de l'OVE.

Des dépenses en faveur de l'enseignement supérieur dans la moyenne de l’OCDE

En 2017, la collectivité nationale a dépensé 31,4 milliards d'euros (Md€) pour l'enseignement supérieur, soit une progression de 1,0 % par rapport à 2015 (en prix constants, c’est-à-dire corrigés de l’inflation) (fiche 01). Cette dépense a connu une forte croissance depuis 1980 : elle a été multipliée par 2,7 (en prix constants) avec une augmentation moyenne annuelle de 2 %. En 2017, la dépense moyenne par étudiant s'élève à 11 670 euros. Elle est un peu supérieure à la dépense moyenne pour un élève du second degré (10 990 euros en 2016). La dépense moyenne par étudiant s’est un peu réduite au cours des toutes dernières années, sous l’effet de la vive progression des effectifs étudiants. Ainsi, la dépense moyenne par étudiant s’est réduite de 5 % en cinq ans, alors même que le nombre d’étudiants inscrits progressait de près de 10 %. Sa progression est néanmoins forte sur longue période, avec une croissance de quelques 40 % depuis 1980. Le coût par étudiant est différent selon les filières de formation : il varie de 10 330 euros en moyenne par an pour un étudiant d'université jusqu'à 15 760 euros pour un élève de CPGE. Le différentiel s'explique en grande partie par le taux d'encadrement pédagogique.

Plus des deux tiers de cette dépense pour l'enseignement supérieur concernent le personnel. À la rentrée 2017, le potentiel d'enseignement et de recherche dans l'enseignement supérieur public sous tutelle du MESRI est de 92 100 enseignants5 dont 55 600 enseignants-chercheurs et assimilés, soit 61 % de l'ensemble (fiche 04). Les enseignants du second degré et les enseignants non permanents représentent respectivement 14 %1 et 26 % de ces effectifs. Depuis 20 ans, le nombre d'enseignants dans le supérieur a progressé de 25 %.

La part de l'État est prépondérante dans le financement de l'enseignement supérieur (près de 70 % en 2016). Celle des ménages est un peu inférieure à 10 %. À la rentrée 2017, près de 730 500 étudiants ont bénéficié d'une aide financière directe sous la forme de bourses ou de prêts. Au total, l'aide financière et sociale en leur faveur, incluant notamment les allocations de logement et les allégements fiscaux, atteint 5,6 Md€ (hors contribution des différents régimes au financement des assurances sociales des étudiants) (fiche 03).

En consacrant 1,5 % de son PIB en 2015 à l'enseignement supérieur, la France se situe dans la moyenne des pays de l'OCDE (1,5 %) (fiche 02). Elle devance des pays européens comme l’Espagne (1,3 %), l’Allemagne (1,2 %) ou l’Italie (0,9 %) mais est distancée par le Royaume-Uni (1,9 %), la Finlande (1,7 %) et les Pays-Bas (1,7 %). Elle se positionne loin derrière les États-Unis (2,6 %), le Canada (2,4 %), et la Corée du Sud (1,8 %). Ces comparaisons doivent cependant être interprétées avec prudence car elles intègrent des structures de financement très disparates.

Le nombre d’étudiants progresse vivement : + 10 % sur les seules 5 dernières années

Selon les résultats de la session 2017 du baccalauréat, 643 800 candidats ont obtenu le baccalauréat (fiche 07). La part d'une génération ayant le bac, qui a dépassé 60 % en 1995, est désormais de 79,9 % en 2018.

La quasi-totalité des bacheliers généraux et trois quarts des bacheliers technologiques s'inscrivent dans l'enseignement supérieur ; pour les bacheliers professionnels, dont une majorité se dirige d’emblée vers la vie active, le taux d’inscription dans l’enseignement supérieur est certes inférieur mais il a nettement progressé en une dizaine d’années (38,1 % en 2017 contre 17,1 % en 2000, chiffrage n’intégrant pas la totalité de la formation en alternance). Tous baccalauréats confondus, près des trois quarts des bacheliers 2017 s’est inscrit immédiatement dans une formation d’enseignement supérieur.

Le système Parcoursup centralise l’essentiel des démarches d’orientation dans l’enseignement supérieur. Au cours de la campagne 2018, plus de 562 596 bacheliers de la session 2018 ont candidatés lors de la phase principale (fiche 08). En moyenne, la liste de vœux d’un candidat compte 7,4 vœux. Cette liste se compose à 35 % de vœux en Licence, 32 % en section de technicien supérieur (STS), 13 % préparation de diplôme universitaire de technologie (DUT) et 7 % en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE). Pour les candidats de terminale générale, la Licence est le vœu le plus fréquent (50 %), suivie dans l’ordre d’importance par les DUT (14 %), CPGE (11 %) et les BTS (10%). Pour les candidats en terminale technologique ou professionnelle, le BTS est la filière la plus choisie, représentant respectivement 54 % et 84 % de leurs listes de vœux en moyenne. En fin de procédures principale et complémentaire, le 21 septembre 2018, 94,4 % des bacheliers inscrits à Parcoursup en phase principale ont reçu au moins une proposition et 78,6 % ont accepté l’une d’entre elles.

À la rentrée 2017, 2 680 400 inscriptions étudiantes sont recensées dans l'enseignement supérieur (fiche 11). Accroissement du taux de bacheliers au sein d’une classe d’âge, attractivité de l’enseignement supérieur et facteurs démographiques contribuent à une croissance continue du nombre d’étudiants, qui accélère encore sur la période récente. Sur les seules cinq dernières années, le nombre de nouveaux étudiants s’est accru de 217 000, soit une augmentation de plus de 10 % sur cette courte période. Depuis le début des années 2000, c'est l'enseignement supérieur privé qui connaît la plus forte progression de ses effectifs étudiants avec une progression de presque 90 %.

Les bacheliers généraux se dirigent massivement vers l’université et notamment les formations générales et de santé. Viennent ensuite les formations professionnelles courtes (IUT, STS) et les classes préparatoires aux grandes écoles. Tous niveaux de formation confondus, on dénombre ainsi en 2017-18, 1,6 million d’étudiants à l’université, dont 117 000 préparent un DUT. 257 000 sont inscrits en STS, 87 000 en CPGE. 695 000 autres se répartissent notamment dans le secteur paramédical et social, les écoles de commerce et de management ou encore dans écoles d’art.

Dans un contexte de très fort dynamisme des effectifs d’étudiants à l’université (+ 9,8 % en cinq ans à champs constant et hors doubles inscriptions en CPGE), l’attractivité des différentes disciplines est contrastée. Entre 2012 et 2017, deux groupes disciplinaires sont très prisés : Arts, lettres, langues et SHS (+ 15,5%) et Sciences, STAPS (+ 15,1 %) après une période 2007-2012 marquée par une croissance plus modérée de ces disciplines (respectivement + 4,8 % et + 5,7 %). Les effectifs en Santé connaissent une croissance significative sur la période 2012-2017. Elle atteint + 8,7 % contre + 10,2 % entre 2007 et 2012. En revanche, le Droit ne progresse que de 0,4 % entre 2012 et 2017 après 5 ans de très fort dynamisme (+ 13,9 % entre 2007 et 2012).

Rendue possible à partir de 1987, accélérée par la réforme LMD de 2002, la formation par l'apprentissage s'est fortement développée dans l’enseignement supérieur (fiche 18). Depuis 2005, le nombre d'apprentis a plus que doublé et, sur la derrière année, le rythme de progression atteint même 9 %. Tous les niveaux de formation enregistrent une hausse, mais celle-ci est particulièrement forte pour les diplômes universitaires. Le nombre d’apprentis augmente de 10,2 % pour les Master, 10,4 % pour les Licences. Il est plus modéré pour les diplômes d’ingénieur (7,9 %) et pour les BTS (7,3 %). On compte ainsi 166 304 apprentis en 2017, soit 5,4 % des effectifs de l'enseignement supérieur, et 38,7 % de l'ensemble des effectifs en apprentissage. 40 % des apprentis préparent un BTS et près de 14 % un diplôme d’ingénieur. Après une décennie de forte progression de l’apprentissage en Licence et Master, ces deux formations comptent pour respectivement 12 % et 11 % des apprentis en 2017.

Le Doctorat est le diplôme le plus haut délivré dans l’enseignement supérieur. Il constitue également une première expérience professionnelle pour de nombreux doctorants. Les docteurs forment, surtout, le vivier de l’activité de recherche française. Depuis 2000, la formation par la recherche s'effectue au sein d'écoles doctorales ensuite regroupées dans des collèges doctoraux. En 2017, près de 14 678 Doctorats ont été délivrés (EESR12_ES_37). Si le nombre de Doctorats délivrés a progressé de près de 10,0 % entre 2009 et 2012, il se stabilise sur les dernières années. Le nombre des inscriptions en première année de doctorat est tendanciellement en baisse, tout particulièrement dans les sciences de la société (droit, économie, gestion, sociologie, anthropologie), - 29 % entre 2009 et 2017, et dans les sciences humaines et humanités (lettres, langues, arts, histoire), - 21 %, ou les Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), - 10 % entre 2009 et 2017.

Moins de la moitié des étudiants obtiennent une Licence en 3, 4 ou 5 ans

La réussite dans l'enseignement supérieur est fortement influencée par les antécédents scolaires des étudiants. C'est notamment vrai pour la Licence générale, le DUT ou le BTS et a fortiori pour la Première année commune aux études de santé (fiche 19). À l’exception de la Licence professionnelle où le bac d’origine a peu d’influence sur la réussite, les bacheliers généraux réussissent mieux que les bacheliers technologiques et professionnels.

Seuls 44,2 % des étudiants de Licence obtiennent leur diplôme en 3, 4 ou 5 ans (fiche 20). La réussite des bacheliers généraux en Licence est plus de deux fois plus élevée (55,6 %) que celle des bacheliers technologiques (20 %) ou que celle des bacheliers professionnels (7,0 %). Près des deux tiers des diplômés 2017 de Licence poursuivent en Master (y compris Master enseignement). Un peu plus d'un étudiant en Master sur deux obtient son diplôme en deux ans et un peu plus d'un sur dix en trois ans.

Seuls 12 % des néo-bacheliers inscrits en première année commune aux études de santé (PACES) en 2015 accèdent en un an à la deuxième année. Au final, en un ou deux ans, ils sont un tiers environ à y parvenir. La réussite des bacheliers technologiques et professionnels en PACES est exceptionnelle : moins de 3 % accèdent à la deuxième année. Au contraire, plus d’un tiers des bacheliers scientifiques parviennent en un ou deux ans à rejoindre la deuxième année dans une des filières de santé à l’université. La réussite est relativement élevée dans les filières courtes. Ainsi, près des deux tiers des néo-bacheliers inscrits en STS en 2014 obtiennent leur diplôme en 2 ou 3 ans. En DUT également, la réussite est élevée : plus des trois quarts des néo-bacheliers inscrits en DUT en 2014 obtiennent leur diplôme en deux ou 3 ans. Cette réussite est contrastée suivant les baccalauréats d’origine. En BTS par exemple, plus de huit bacheliers généraux obtiennent leur diplôme en deux ou 3 ans pour seulement sept bacheliers technologiques sur dix et moins d’un bachelier professionnel sur deux.

En 2017, on observe que 44,3 % des jeunes âgés de 25 à 34 ans sont diplômés de l'enseignement supérieur ce qui place la France dans la moyenne des pays de l’OCDE 44,5 %. Il reste que, sur la période 2013 à 2015, 14 % des jeunes sortants de formation initiale ont étudié dans l’enseignement supérieur sans obtenir aucun diplôme.

Les milieux sociaux favorisés accèdent toujours beaucoup plus aux diplômes les plus élevés

La démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur se poursuit : en 2017, 44,3 % des 25-34 ans sont diplômés de l’enseignement supérieur, contre 35,2 % des 25-49 ans.

Cette augmentation concerne tous les milieux sociaux. Dans les catégories favorisées, parmi les enfants de cadres ou professions intermédiaires, 73,4 % des 20-24 ans étudient ou ont étudié dans le supérieur contre 53,2 % des 45-49 ans ; parmi les enfants d'ouvriers ou d'employés, la progression est un peu plus forte mais le niveau de départ est particulièrement bas : 44,8 % des 20-24 ans ont fait des études supérieures contre 27,4 % des 45-49 ans.

On observe ainsi encore un écart de presque un à deux entre les deux groupes sociaux en ce qui concerne l'accès à l'enseignement supérieur. Cet écart s'observe également lorsque l'on s'intéresse à la part de diplômés : en moyenne, sur la période 2015-2017, près de 70 % des enfants de cadres ou de professions intermédiaires sont diplômés du supérieur contre moins de 40 % des enfants d'ouvriers ou d'employés.

Si les diplômés de l’enseignement technologique court, notamment en STS et en IUT, sont issus dans des proportions équivalentes des différentes catégories socio-professionnelles de la population française, l'université hors IUT et les grandes écoles reflètent une forte distorsion sociale : 30 % des enfants de cadres sortent diplômés d'une grande école ou de l'université à un niveau Bac + 5 ou plus contre environ 10 % des enfants d'ouvriers.

Les jeunes filles sont nettement plus diplômées que les garçons, mais leur insertion professionnelle est bien moins favorable

Plus de la moitié des étudiants sont des femmes (51 %). Largement majoritaires dans les filières universitaires de Lettres ou de Sciences humaines (70 %) et dans les formations paramédicales ou sociales (85 %), les femmes sont minoritaires dans les classes préparatoires aux grandes écoles (43 %) et en IUT (40 %). Plus généralement, elles sont très minoritaires dans l’ensemble des filières scientifiques. En particulier, en 2017-18, elles ne représentent encore qu'un peu plus d'un quart (27 %) des effectifs dans les écoles d'ingénieurs. Par ailleurs, 39,5 % seulement des apprentis dans l’enseignement supérieur sont des femmes.

Plus nombreuses dans la population étudiante, les femmes sont également davantage diplômées que les hommes. Dix points les séparent : parmi les femmes sorties de formation initiale entre 2014 et 2016, la moitié a obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur, pour seulement 40 % des hommes. Les femmes diplômées de l’enseignement supérieur détiennent plus souvent un diplôme de niveau Bac + 5 universitaire, alors que les hommes sont plus souvent diplômés d’écoles supérieures et de formations courtes (BTS ou DUT). La situation des femmes sur le marché du travail est en revanche moins favorable. Elles occupent moins souvent un emploi à durée indéterminée et plus souvent un emploi à temps partiel. Elles occupent moins fréquemment un emploi de cadre. Enfin, 30 mois après leur sortie de l'enseignement supérieur, le salaire net mensuel médian des femmes est inférieur de plus de 10 % à celui des hommes.

Depuis 20 ans, la place des femmes s'est renforcée au sein de la population des enseignants-chercheurs, mais le mouvement reste lent pour les postes de plus haut niveau. En 2017-18, elles représentent désormais 45 % des maîtres de conférences mais seulement 26 % des professeurs d'université.

La place des établissements d’enseignement supérieur dans la formation continue reste extrêmement faible

En 2015, la formation continue dans les établissements d’enseignement supérieur a généré un chiffre d'affaires de 449 millions d'euros pour l’enseignement supérieur (fiche 26). Elle a accueilli 440 000 stagiaires et délivré près de 100 000 diplômes dont 64 000 diplômes nationaux.

La science française dans le paysage mondial de la recherche et de l’innovation

La France se situe au 7e rang en part mondiale des publications scientifiques (fiche 27). Le nombre de ses publications ainsi que leur indice d’impact progressent au cours des 10 dernières années mais, dans un contexte de croissance vive du nombre de publications dans les dernières années, sa part mondiale de publications scientifiques se contracte sous l’effet de l'arrivée de nouveaux pays sur la scène scientifique internationale comme la Chine, l'Inde ou le Brésil. Elle passe ainsi de 4,1 % à GC3729~3,1 %~GC3729 des publications mondiales entre les périodes 2005-2006-2007 et 2015-2016-2017. Au niveau européen, Royaume-Uni et Allemagne précèdent la France. L’Italie, qui atteint un niveau proche de celui de la France, et l’Espagne connaissent une progression sensible du nombre et de l’impact de leurs publications scientifiques.

Plus d’une publication française sur deux est réalisée en coopération avec des scientifiques étrangers ce qui place le taux de co-publication français parmi les plus élevé au monde (comparable au Royaume-Uni ou à l’Allemagne). Un quart des publications françaises associe par exemple des scientifiques américains.

Sur la période 2015-2016-2017, la France présente un profil disciplinaire équilibré nuancé par une forte spécialisation en mathématiques (fiche 29). La France se distingue nettement du Royaume-Uni et des États-Unis, plus spécialisés en Sciences humaines et sociales (SHS) et des pays asiatiques plus contrastés car très fortement spécialisés sur certaines disciplines et très faiblement spécialisés sur d’autres. L’analyse des profils scientifiques nationaux repose toutefois sur une base de référence qui représente inégalement les différents pays selon les disciplines, et doit donc être appréciée avec prudence. Dans le domaine de la recherche en chimie (fiche 52), la recherche française se situe au 9e rang mondial en recul de deux places sur les deux dernières années. C’est la conséquence du développement rapide de la recherche dans ce domaine en Chine et dans une moindre mesure en Inde et Iran. La France est ainsi désormais devancée par l’Iran. En chimie, la France a juste maintenu son indice d’impact. C’est en matériaux/analyse et en chimie minérale et nucléaire que la France concentre relativement plus de publications parmi les plus citées.

La France figure donc parmi les grandes puissances scientifiques européennes. Elle est ainsi le troisième pays bénéficiaire des contributions allouées par l’Union européenne dans le cadre du programme Horizon 2020 (fiche 28). Elle se place derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni et bénéficie de 11 % des contributions allouées. Sa position dans les programmes européens de recherche et développement technologique qui s’était tendanciellement contractée (10,3 % des subventions allouées au cours de la dernière année du 7e PCRDT) semble même retrouver un certain dynamisme.

La France figure également parmi les grandes nations en matière de brevets (fiche 30). En 2017, elle se classe au 4e rang mondial dans le système européen des brevets. Malgré la tendance générale à la contraction de la part des demandes de brevets pour les pays de l’Union européenne, la France parvient quand même, entre 2007 et 2017, à faire progresser sa part dans les demandes de brevets adressées à l’OEB passant de 6,3 % à 6,5 % des demandes enregistrées. Elle devance encore la Chine qui présente un profil plus dynamique encore. Les brevets français se concentrent notamment dans les technologies des transports, des autres machines spéciales, des éléments mécaniques, de la chimie fine organique et du génie chimique.

Un peu plus d’une entreprise de 10 salariés et plus a innové entre 2014 et 2016, c’est 3 points de plus que sur la période précédente (fiche 31). Avec 73 % de sociétés innovantes, le secteur de l’information et de la communication est le plus innovant. Si le taux d’innovation des sociétés implantées en France est supérieur à celui de la moyenne de l’Union européenne (UE28) à champ sectoriel identique (56 % contre 49 %) il est très en retrait par rapport à celui de l’Allemagne (67 %) dont les entreprises développent de manière plus intensive qu’en France des travaux en partenariat avec la recherche publique. Pour soutenir l’innovation, l’État met en œuvre un ensemble de dispositifs d’accompagnement ciblés sur les jeunes entreprises innovantes (3 500 entreprises bénéficiaires€ de 170 M€ en 2016) (fiche 32), ou au spectre plus large comme le Crédit d’impôt Innovation (5 500 entreprises bénéficiaires de 155 M€ de crédit d’impôt en 2015) (fiche 46).

En France, près de 600 000 personnes se consacrent à la R&D en 2016

Au total, chercheurs et personnels de soutien confondus, ce sont près de 600 000 personnes qui se consacrent en 2016 à la R&D, au moins pour une part de leur activité (fiche 34). Activité. Ils représentent au total 431 050 personnes en équivalent temps plein (ETP) dont 284 800 chercheurs (en ETP). Les personnels de recherche ont fortement progressé dans les entreprises entre 2009 et 2016 (+ 11 %) ainsi que dans les établissements d’enseignement supérieur, à la faveur du recrutement d’enseignants chercheurs pour faire face aux afflux d’effectifs étudiants. En revanche, dans le secteur institutionnel dit de l’État, composé essentiellement des organismes, le personnel de recherche s’est replié de près de 5 %. En 2016, 60 % des chercheurs sont en entreprises. En entreprise, 6 branches emploient à elles seules plus de la moitié des chercheurs (fiche 36): « activités informatiques et services d’information », « activités spécialisées, scientifiques et techniques », « industrie automobile » et « construction aéronautique et spatiale », « fabrication d’instruments et appareils de mesure, essai et navigation, horlogerie », « édition, audiovisuel et diffusion ». Entre 2011 et 2016, La croissance des effectifs de recherche est essentiellement portée par les branches de services dont les effectifs progressent 3 fois plus vite que ceux des branches industrielles. La branche « construction aéronautique et spatiale » connaît cependant sur cette période une forte croissance de ses effectifs (+ 34 %). Si l’on rapporte le nombre de chercheurs à la population active, la France, avec 9,6 chercheurs pour mille actifs en 2016, se place derrière la Corée du Sud et le Japon, mais devant l’Allemagne, les États-Unis, et le Royaume-Uni.

La part des femmes parmi le personnel de recherche s'élève à 32 % en 2016 (fiche 35). Elle est plus faible dans les entreprises (23 %) que dans les administrations (47 %). Elle est également plus faible parmi les chercheurs (28 %) que parmi les personnels de soutien (41 %). Pour plus d'un chercheur sur deux en entreprise en 2016, le diplôme d'ingénieur est le diplôme le plus élevé. En revanche, seuls 12 % des chercheurs en entreprise disposent d'un doctorat. En outre, pour un tiers des docteurs en entreprise, le doctorat vient compléter un diplôme d'ingénieur.

La collectivité nationale consacre 49,5 Md€ à la R&D en 2016 et 2/3 de cette effort repose sur les entreprises

La dépense intérieure de recherche et développement en France s'est élevée en 2016 à 49,5 Md€ et représente 2,22 % du produit intérieur brut (PIB) (fiche 39). La France se situe à la 5e et avant-dernière place parmi les six pays de l’OCDE les plus importants en termes de volume de la dépense intérieure de R&D (DIRD), derrière la Corée du Sud (4,2 %), Israël (4,2 %), le Japon (3,2 %), l'Allemagne (2,9 %) et les États-Unis (2,8 %), et seulement devant le Royaume-Uni (1,7 %). En 2017, la DIRD atteindrait 50,1 Md€ (2,19 % du PIB).

L'effort de recherche est surtout le fait des entreprises qui, en 2016, exécutent 63,6 % des travaux de R&D réalisés sur le territoire national pour un montant de 31,8 Md€. Les dépenses de recherche des entreprises ont progressé beaucoup plus vivement que celles du secteur public au cours des dix dernières années, à la faveur notamment de la réforme du crédit d'impôt recherchent (CIR). Les entreprises financent 60 % des travaux de R&D. La dépense intérieure de recherche du secteur public s'élève à 17,4 Md€ en 2016 reposant majoritairement sur les organismes de recherche (53 %) mais aussi fortement sur les établissements d'enseignement supérieur (47 %), le partage restant une approche quelque peu théorique dans la mesure où l’essentiel de la recherche publique est conduite dans des unités mixtes de recherche associant les deux catégories d’organisations. Les PME représentent 14 % des dépenses intérieures de R&D, dont plus de la moitié en faveur des activités de services (fiche 42). Les grandes entreprises, à l'origine de 60 % de la DIRD, réalisent les trois-quarts de leur effort en haute et moyenne-haute technologie. Les dépenses intérieures de R&D des entreprises se concentrent ainsi à près de 53 % sur six branches de recherche : « Industrie automobile », « Construction aéronautique et spatiale », « Industrie Pharmaceutique », « Activités informatiques et services d’information », « Activités spécialisées, scientifiques et techniques », « Industrie chimique ». Par ailleurs les entreprises ont consacré une part non négligeable de leur DIRD à des domaines transversaux comme le numérique (fiche 48), l'environnement (fiche 49(, les biotechnologies (fiche 51), ou l’agriculture (fiche 50).

Les entreprises sont soutenues dans cet effort par l'État via des aides directes, des coopérations avec les organismes publics dans les domaines civils ou militaires et des dispositifs fiscaux comme le crédit d'impôt recherche (CIR) ou le statut de jeune entreprise innovante (JEI) (fiche 46 et fiche 32). En 2016, 7 % des travaux de R&D des entreprises sont financés par des ressources publiques et la créance du CIR (au titre de la R&D, de l’innovation et des collections) atteint à 6,1 Md€ en 2015. La France de ce point de vue ne se distingue pas des autres pays de l'OCDE où les dispositifs fiscaux de soutien à la recherche privée se développent, traduisant une concurrence accrue entre pays pour attirer les activités de R&D des entreprises. Les collectivités territoriales participent aussi à l'effort de recherche notamment en finançant des opérations immobilières ou des transferts de technologie : en 2017 leur budget de recherche, et de transfert de technologie (R&T) est estimé à 960 M€ (fiche 47).
 
 
 
01
les étudiants inscrits dans l'enseignement supérieur en 2017-18

Vous pouvez intégrer ce image à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR12_RESUME/IFR/ILL_01/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

02
les effectifs de chercheurs en 2016

Vous pouvez intégrer ce image à votre site Web ou à votre blog en copiant ce code HTML et en le collant dans le code source de votre site Web/blog :

<iframe src="https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/EESR12_RESUME/IFR/ILL_02/" width="98%" min-width="500px" height="600px" frameborder="0" scrolling="auto"></iframe>

Au besoin, corrigez les paramètres width (largeur) et height (heuteur) pour adapter l'illustration à la configuration de votre page.

Ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation